Que s'est-il passĂ© en France en 2019 ? – CENTURY 21 LNA – Agence immobiliĂšre Ă  VILLIERS LE BEL
Bienvenue chez CENTURY 21 LNA, Agence immobiliĂšre VILLIERS LE BEL 95400

Que s'est-il passé en France en 2019 ?

Publiée le 15/01/2020

 


Le marchĂ© immobilier de l’ancien dopĂ© par l’investissement locatif : plus d’1 transaction sur 4 rĂ©alisĂ©e Ă  titre de placement.

 

EN FRANCE :

Le prix moyen au mÂČ s’établit dĂ©sormais à 3639 € pour les appartements (+3,1%) et 2106 € pour les maisons (+1%).


Un appartement se vend en moyenne 207 744 € en 2019 (+1,5% par rapport à 2018), une maison 234 593 € (+2,2%). Que ce soit pour les maisons ou les appartements, il s’agit en 2019 de montants records.


Comme l’an passĂ©, ce sont les tranches d’ñge les plus jeunes qui sont les plus actives sur le marchĂ© et leur part parmi les acquĂ©reurs progresse : les moins de 40 ans sont dĂ©sormais Ă  l’initiative de 48,4% des transactions.


Il faut reconnaĂźtre que les conditions sont particuliĂšrement favorables Ă  l’acquisition : jamais les taux de crĂ©dit n’ont Ă©tĂ© aussi bas et les durĂ©es d’emprunt consenties aussi longues (21 ans en moyenne). La part de l’emprunt consacrĂ©e Ă  l’achat a encore progressé de +2,1% pour reprĂ©senter 80,1% du montant global d’acquisition. Tout est rĂ©uni pour rendre possible l’achat immobilier.


Cet achat est destinĂ© pour 65,2% Ă  l’acquisition de la rĂ©sidence principale, quand la part des transactions consacrĂ©es Ă  la rĂ©sidence secondaire recule encore de ‐4,7% pour reprĂ©senter 6,1% des achats.

 

A PARIS :

Le prix au mÂČ parisien a ainsi plus que doublĂ© en 15 ans (4865 € le mÂČ en 2005
#nostalgie). Le montant moyen d’une transaction s’envole pour atteindre 487 749 € en moyenne. C’est 250 000 € plus cher qu’il y a 15 ans
 alors mĂȘme que les surfaces n’ont que peu Ă©voluĂ©, les Parisiens sont contraints de renoncer Ă  quelques mÂČ d’espace pour pouvoir acheter.


Dans ce contexte d’envolĂ©e des prix, les volumes de ventes, qui avaient lĂ©gĂšrement reculĂ© en 2018, baissent de ‐7,5% en 2019. Ce sont trĂšs majoritairement les cadres supĂ©rieurs (47,9%) et les cadres moyens (37,2%) qui sont Ă  la manoeuvre, les employĂ©s/ouvriers sont Ă  l’origine de 4,9% seulement des achats dans la Capitale (quand leur part Ă©tait de 12,2% il y a 10 ans).


Pour rĂ©aliser leur projet, les Parisiens rallongent leur durĂ©e d’emprunt (21,2 ans : un record). Les moins de 30 ans voient leur part progresser de +13,8% parmi les acquĂ©reurs. La proportion des 40/50 ans augmente de maniĂšre comparable (+12,3%), cette tranche d’ñge Ă©tant sans doute Ă  l’origine de la montĂ©e fulgurante des investissements locatifs.


Ceux‐ci reprĂ©sentent dĂ©sormais 31% des transactions parisiennes, un niveau inĂ©dit.
En 2 ans Ă  peine, la part des acquisitions destinĂ©es Ă  l’investissement locatif a progressé de +45% dans la Capitale. Les rĂ©sidences secondaires ne reprĂ©sentent, elles, que 4,7% des achats immobiliers et les rĂ©sidences principales 56,7%.

 

EN ILE-DE-FRANCE :

Le prix moyen au mÂČ d’une maison progresse de +1,5% pour atteindre 3059 € ; celui d’un appartement monte de +8,6% Ă©tablissant un nouveau record Ă  4033 € le mÂČ en moyenne.


Les trois dĂ©partements franciliens limitrophes de Paris se dĂ©marquent par la poussĂ©e des prix qu’ils enregistrent : +10,3% pour les maisons et +9,4% pour les appartements dans les Hauts‐de‐Seine, +9,8% pour les appartements dans le Val‐de‐Marne et +9,2% pour les appartements dans la Seine‐Saint‐Denis.


A l’échelle de la rĂ©gion, la hausse des prix n’a pas d’incidence sur le dynamisme du marchĂ© des appartements (le nombre de transactions progresse de +4,1%). En revanche, celui des maisons recule (‐3,7%). Cette prĂ©dominance des ventes d’appartements tient aux investissements locatifs (+69% en 2 ans !) qui se portent essentiellement sur les petites surfaces en collectif.


Quel que soit le type de biens, les montants moyens d’acquisition en Ile‐de‐France enregistrent des niveaux records : 340 989 € pour une maison, 233 853 € pour un appartement.


DĂ©sormais, ce ne sont plus les employĂ©s/ouvriers les plus nombreux Ă  acquĂ©rir en banlieue parisienne mais les cadres qui, plutĂŽt qu’acheter dans la Capitale, font un choix de vie privilĂ©giant le confort et l’espace (et vert si possible !).


Fait notable : sur 15 ans, les dĂ©partements de la premiĂšre couronne ont montĂ© bien plus vite que ceux situĂ©s dans la seconde : +54,4% pour les Hauts‐de‐Seine, +41,9% pour le Val‐de‐Marne, +37,4% pour la Seine‐Saint‐Denis quand le Val‐d’Oise a progressĂ© de +14,6%, la Seine‐et‐Marne de +14%, les Yvelines de +12,9% et l’Essonne de +7,9%. A titre de comparaison, sur la mĂȘme pĂ©riode Paris a vu son prix moyen au mÂČ augmenter de 107% (!!).

 

DANS LES REGIONS :

Selon les territoires, les progressions sont particuliĂšrement marquĂ©es : +7,4% sur le marchĂ© des appartements dans les Hauts‐de‐France, +5,9% tant sur les maisons que sur les appartements dans les Pays‐de‐la‐Loire.
Seuls la Bourgogne‐Franche‐ComtĂ© (‐3,5% pour les maisons) et Le Centre‐Val‐de‐Loire dans une moindre mesure (‐0,6% pour les maisons) connaissent une diminution de leurs prix moyens au mÂČ.
Dans l’ensemble, les rĂ©gions françaises voient toutes leur nombre de transactions progresser, Ă  l’exception de la Normandie.

 

 

 

 

 

 Télécharger le dossier transaction

 

 

> Retrouvez ici l'infographie de votre région à partager

 

* Les données sont indiquées selon l'ensemble des transactions du Réseau CENTURY 21 enregistrées au niveau national entre le 1er janvier 2019 et le 20 décembre 2019.