Souscrire un crédit immobilier deviendra bientôt un peu moins contraignant. Une ordonnance présentée cette semaine en conseil des ministres entend limiter à 10 ans l’obligation de domiciliation des revenus dans la banque où vous avez souscrit un prêt immobilier.

Jusqu’ici les emprunteurs étaient, en effet, pieds et poings liés avec leur établissement bancaire. Une majorité d’offres de prêts immobiliers était assortie de conditions de domiciliation de revenu. “Parfois même avec des pénalités sur le taux pour les clients qui décidaient de s’affranchir des règles imposées et d’aller voir ailleurs”, assure Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez le courtier immobilier Vousfinancer.

Avec le nouveau texte, qui devrait être prochainement publié au Journal officiel, les règles seront donc totalement inversées. Les banques qui obligent à domicilier les revenus de leurs clients devront tout d’abord préciser l’avantage consenti - sur le taux par exemple - en contrepartie. Au bout de 10 ans, les souscripteurs de crédit immobiliers pourront, par ailleurs, domicilier leurs revenus dans une autre banque, sans être contraint de se faire faire racheter leur prêt : celui-ci restera dans l’établissement initial sans risque de pénalité.

Certes, la durée de 10 ans peut sembler encore un peu longue. Surtout lorsqu’on sait qu’un prêt immobilier dure en moyenne 9 ans avant d’être clos pour une autre opération. Il n’empêche, la mesure amènera certainement une nouvelle bouffée d’air à la mobilité bancaire qui peine encore à décoller malgré la nouvelle loi entrée en vigueur début février.

Reste une grande inconnue : la mesure s’appliquera-t-elle à tous les contrats ou seulement aux nouveaux prêts ? Réponse avec la publication prochaine du texte.

 

http://www.capital.fr/immobilier/pret-immobilier-bientot-plus-simple-de-changer-de-banque-pour-les-emprunteurs-1230800