Immobilier : le marchĂ© des maisons neuves en pleine reprise – CENTURY 21 LNA – Agence immobiliĂšre Ă  VILLIERS LE BEL
Bienvenue chez CENTURY 21 LNA, Agence immobiliĂšre VILLIERS LE BEL 95400

Immobilier : le marché des maisons neuves en pleine reprise

Publiée le 19/04/2017
Par Mathias Thépot  |  
Le prĂȘt Ă  taux zĂ©ro est une mesure clĂ© pour garantir un nombre Ă©levĂ© de ventes de maisons neuves.
Le prĂȘt Ă  taux zĂ©ro est une mesure clĂ© pour garantir un nombre Ă©levĂ© de ventes de maisons neuves.(CrĂ©dits : Stringer/France)
AprÚs des années difficiles, les Français font de nouveau construire massivement des maisons en périphérie des villes pour y habiter.

On en parle moins que l'immobilier collectif, mais le marchĂ© des maisons individuelles est Ă©galement en pleine reprise depuis deux ans. Les ventes de maisons neuves ont en effet bondi en 2016 de 10% Ă  133.000 unitĂ©s, et retrouvent des niveaux enregistrĂ©s en 2011, mĂȘme s'ils n'ont pas encore renouĂ© avec la barre de 145 000 franchie en 2010, et encore moins avec les annĂ©es records 2006 et 2007 oĂč les chiffres avoisinaient les 160.000 Ă  170.000 maisons vendues.

Les acquisitions de ces maisons qui sont essentiellement construites en pĂ©riphĂ©rie des villes ont fortement augmentĂ© en Île-de-France (+24%) et dans les rĂ©gions de l'ouest: +22% pour la Nouvelle Aquitaine, la Bretagne et la Normandie, et +31% pour les Pays-de-la-Loire. Ce dynamisme est aussi la preuve que les mĂ©nages français restent Ă  la recherche de plus d'espace pour vivre, quitte Ă  s'Ă©loigner des centres-villes, oĂč l'emploi est pourtant de plus en plus concentrĂ©. Une demande d'Ă©loignement qui va en partie Ă  rebours des politiques publiques qui misent beaucoup sur la densification des villes.

Le PTZ, mesure indispensable

Du reste, c'est bien le gouvernement qui est Ă  l'origine de ce redressement spectaculaire (seulement 98.000 ventes avaient Ă©tĂ© enregistrĂ©es en 2014). Le marchĂ© des maisons neuves a Ă©tĂ© fortement dynamisĂ© par le nouveau prĂȘt Ă  taux zĂ©ro (PTZ) Ă©largi depuis le 1er janvier 2016, puisque prĂšs de 117.000 prĂȘts ont Ă©tĂ© distribuĂ©s en 2016, contre 59.000 en 2015, a indiquĂ© la LCA-FFB, qui fĂ©dĂšre les professionnels de la maison individuelle. Ce n'est pas une surprise : la chute du marchĂ© Ă  partir de fin 2011 Ă©tait dĂ©jĂ  en grande partie due Ă  la reconfiguration dĂ©favorable du PTZ.

Reste que les transactions ont Ă©tĂ© en forte hausse grĂące Ă  la chute des taux d'intĂ©rĂȘt nominaux de crĂ©dits immobiliers ces derniĂšres annĂ©es, qui ont atteint un point bas historique Ă  1,31% en moyenne en novembre 2016, selon l'Observatoire CrĂ©dit Logement/CSA. Bref, en 2016, « les planĂštes Ă©taient bien alignĂ©es et il convient en 2017 de consolider cette dynamique », commente le prĂ©sident de LCA-FFB, Patrick Vandromme.

Une fin d'année 2017 incertaine

Car si la remontĂ©e des taux d'intĂ©rĂȘt Ă  1,51% en moyenne en mars 2017 ne s'est pas fait ressentir nĂ©gativement sur l'activitĂ©, en revanche le second semestre de l'annĂ©e pourrait ĂȘtre plus compliquĂ©. Clairement, « si les taux augmentaient d'entre 0,5 et 1 point de pourcentage d'ici la fin de l'annĂ©e, il y aurait nĂ©cessairement un impact nĂ©gatif sur les transactions », assure Pierre Jude, prĂ©sident du constructeur Maisons Pierre.

Un autre phĂ©nomĂšne pourrait venir perturber le marché : « Les incertitudes sur une Ă©ventuelle rĂ©orientation de la politique du Logement Ă  l'aune d'une politique budgĂ©taire plus restrictive », Ă  l'issue de l'Ă©lection prĂ©sidentielle du printemps, note la LCA-FFB. Par exemple, « si l'on rabote les aides de type PTZ, il y aura une incidence importante sur le marchĂ©. Car soyons clair : l'immobilier a toujours fonctionnĂ© avec des aides de l'Etat », reconnaĂźt Pierre Jude. A l'inverse, « l'activitĂ© pourrait ĂȘtre encore plus dynamique si l'on augmentait les soutiens publics, en Ă©levant par exemple le plafond de revenus pour obtenir l'APL accession », estime-t-il.

Une demande structurellement soutenue

Ce n'est en tout cas pas du cÎté des ménages que la demande va fléchir : d'ici à 2020, « les besoins en nouveaux logements liés à la simple augmentation du nombre de ménages et à l'obsolescence (en particulier géographique) du parc existant sont à minima d'environ 400 000 unités par an hors rattrapage du déficit cumulé », estime la LCA-FFB. Or, entre début mars 2016 et fin février 2017, 387.000 logements ont été mis en chantier, toutes catégories confondues. On n'y est pas encore, donc.

Reste toutefois à maßtriser la hausse des prix : selon le baromÚtre LPI-SeLoger des prix immobiliers, le prix moyen des maisons neuves a progressé de 3,5% en 2016, à hauteur de 2 424 euros le mÚtre carré (foncier compris), contre une hausse de seulement 0,9% en 2015. Or, si le pouvoir d'achat immobilier des ménages venait à s'éroder, le marché risquerait de se crisper à nouveau.

 http://www.latribune.fr/vos-finances/immobilier/immobilier-le-marche-des-maisons-neuves-en-pleine-reprise-686869.html