Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 LNA, Agence immobilière VILLIERS LE BEL 95400

L'actualité de CENTURY 21 LNA

Nos rues ont une histoire : l’avenue Pierre Semard à Villiers-le-Bel (95400)

Publiée le 08/12/2015

Une voie à l’étrange tracé.

L’avenue Pierre Semard prend son origine à la place Victor Hugo et se termine à la frontière d’Arnouville, 2 km plus loin. Spécificité de cette voie qui emprunte sur une large part le tracé de la D370 (déclassement de l’ancienne route nationale 370 créée en 1933 entre Domont et Neuilly-sur-Marne avant d’être prolongée vers Noisy-le-Grand en 1978), elle bifurque étrangement à 500 m de son extrémité tandis que la D370 se poursuit sous le nom avenue de la Concorde avant d’entrer dans Arnouville sous la même dénomination. En quelque sorte, la démonstration d’une vraie concorde entre les deux communes !

 

Un militant syndical indéfectible.

Né en 1887 d’un cantonnier et d’une mère garde-barrière, Pierre Semard exerça plusieurs petits métiers  puis, après un engagement de trois ans dans l’armée, entra comme employé de bureau aux chemins de fer. Syndicaliste convaincu, il participa à la création de la CGTU et s’engagea aux côtés du Parti communiste. Emprisonné à plusieurs reprises pour ses activités militantes et syndicales, il fut le secrétaire général de la Fédération des cheminots mais aussi celui du Parti communiste de 1924 à 1928. La Seconde guerre mondiale allait à nouveau le conduire en prison où, transféré à Évreux, il fut fusillé à titre d’otage en 1942. Il fut inhumé au Père-Lachaise à Paris.

 

 Le saviez-vous ?

A partir de 1943 et surtout en 1944, les cheminots s’illustrèrent dans la Résistance au joug nazi et en payèrent le prix : 1 647 d’entre eux furent fusillés ou déportés sans retour.

Refuge de Protestants qui firent la richesse de la ville par leur commerce et leur artisanat, Villiers-le-Bel ne se remit jamais de la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV en 1685, qui contraignit les Huguenots à l’exode.

 

Les chiffres de l’immobilier* -  Quartier de l’avenue Pierre Semard à Villiers-le-Bel (95400)

Logements sociaux : 10 %

Propriétaires : 67 %

Logements vacants : 5 %

Logements inférieurs à 40 m² : 13 %

Age moyen de la population : 40 ans

Enfants/adolescents : 25 %

Retraités : 22 %

Cadres : 45 %

 

Source : kelquartier.com

 

Notre actualité